s Argentina - L'HISTOIRE

UN REGARD SUR L'HISTOIRE

Avant la colonisation espagnole, l’Argentine était habitée par de nombreux groupes indigènes: Araucano-Mapuches, Chiriguans, Chorotis, Collas, Diaguitas, Guaranis, Mocovís, Onas, Tehuelches, Tobas, Wichís et Yamanas.

Les Espagnols commencèrent à explorer la région au début du xvie siècle : ils fondèrent la colonie de Puertro Nuestra Señora Santa Maria de Buen Aire (Port de Notre-Dame-sainte-Marie du Bon Air) à l’embouchure de la rivière La Plata. D’autres colons espagnols, en provenance du Pérou, s’installaient dans le nord du pays. La colonie releva pendant longtemps de la vice-royauté du Pérou. Au xviiie siècle, certains colons se mirent à chasser le bétail sauvage de la pampa. Ils se donnèrent le nom de Gauchos et développèrent une culture distincte qui intègre plusieurs des coutumes des Autochtones.

En 1806-1807, les Britanniques tentèrent de s’emparer de Buenos Aires, mais sans succès. Le 25 mai 1810, deux ans après que Napoléon eut destitué le roi d’Espagne et mis son propre frère sur le trône, un groupe insurrectionnel déposa le vice-roi français qui avait été nommé à la tête de la colonie. L’Argentine proclama son indépendance le 9 juillet 1816 lors du congrès national de Tucumán. Le pays n’adopta une constitution qu’en 1853.

Après l’indépendance,  l’immigration européenne permit au pays de se développer, et au début du xxe siècle l’Argentine était devenue un pays prospère. Mais en 1930 l’armée prit le pouvoir et plusieurs dictateurs se succédèrent à la tête du pays. En 1946, Juan Domingo Perón devint président, avec à ses côtés sa femme, María Eva Duarte, la célèbre Evita, personnalité extrêmement populaire, qui mourut en 1952. Perón fut renversé par l’armée en 1955 et exilé.

Après le départ de Perón, factions péronistes et non-péronistes se disputèrent le pouvoir. Perón revint d’exil en 1973, mais mourut un an plus tard. Isabelita, sa troisième femme, lui succéda au pouvoir ; elle fut renversée par une junte militaire en 1976. Commença alors « la Guerre sale » : les militaires tentèrent de supprimer toute opposition à leur régime et près de 30 000 personnes furent tuées.

En 1982, l’Argentine entra en guerre avec la Grande-Bretagne au sujet des îles Falkland ou Malouines (Islas Malvinas). L’Argentine fut vaincue, et le gouvernement militaire perdit son prestige. En 1983, la démocratie fut restaurée et l’avocat Raúl Alfonsín élu président. Carlos Saul Menem, un péroniste, lui succéda en 1989. En 1994, l’Argentine adopta une nouvelle constitution.

Le général José Francisco de San Martín fut l’un des plus grands chefs militaires argentins. Il commanda l’armée qui traversa les Andes en 1817-1818 et vainquit les Espagnols au Chili puis au Pérou en 1820-1821. On trouve des statues de San Martín dans de nombreuses villes d’Argentine.

Argentina

© Webmaster: Lizandro Llancafilo.

Estadisticas